Carnet de route

2020-07-27 St Hippolyte : une petite ville entre Doubs et Dessoubre

Le 27/07/2020 par Marie-Odile et Pierre Caron

L’office de tourisme de St Hippolyte propose régulièrement des visites commentées de cette petite cité de caractère Bourgogne-Franche-Comté. Lundi à 10 heures nous étions 13 + 2 touristes à suivre notre guide Elise dans le dédale du vieux St Hip. Le soleil aussi nous accompagnera.

Le nom de St Hippolyte apparait en 1045 mais c’est au pied de la grotte du Château de la Roche qu’on trouve les traces d’habitat datant du néolithique. Le château n’ayant qu’un rôle défensif, c’est dans une demeure des bords du Doubs que s’établissent les Comtes de la Roche.

Notre visite commence au confluent des 2 rivières, « le Revirot », dans un écrin de verdure à 376 m d’altitude. En traversant la route nous nous trouvons devant cet immense bâtiment formé de 3 ailes et plusieurs étages. Construit en 1700 ce couvent des Ursulines a succédé à la demeure des Comtes de la Roche. Dans ce pensionnat les sœurs se consacraient à l’éducation des jeunes filles. La montée au grenier par un large escalier en pierre nous réserve une surprise : la charpente non seulement est grandiose mais elle abrite plusieurs colonies de chauve-souris ! Actuellement cette bâtisse est occupée par l’école primaire et quelques logements.

Des maisons datant des 16ème et 17ème bordent les ruelles pavées. Certaines sont à colombage ou possèdent des fenêtres à meneaux. Ces marques d’un d’habitat cossu nous projettent dans le passé de cette  petite ville où foires, marchés, moulins et production de sel à Soulce-Cernay attestaient de sa richesse.

La visite de la collégiale de Notre Dame de St Hippolyte (1308) nous ouvre une page méconnue de l’histoire : lors de la 4ème croisade le Saint Suaire de Turin a été confié en 1418 au Comte Imbert de la Roche et à son épouse. Il sera conservé dans l’église jusqu’en 1452. La photo du Suaire de Turin est exposée dans une des chapelles. De nombreuses pierres tombales couvrent le sol.

Nous terminons notre parcours le long du Dessoubre où s’étaient établies des tanneries, quelques bassins sont encore visibles sur ses rives.

Merci à Elise, grâce à elle la traversée de St Hip nous fera porter un regard différent sur cette petite cité toujours très animée.

Après un pique-nique très agréable au bord du Doubs, Yves rejoint le groupe et à 13h30 nous partons pour la rando. Départ sur la petite route qui s’élève à droite avant le pont, derrière le couvent des Ursulines, direction Soulce-Cernay.

Très vite nous quittons le goudron pour prendre un petit sentier sous un couvert végétal apprécié. Un premier belvédère nous offre une très belle vue sur St Hippolyte et les collines verdoyantes qui l’enserrent. Le 2ème  belvédère nous place juste en face de la grotte du Château de la Roche, Soulce-Cernay s’étire le long du Doubs. Nous montons en bordure de pâture et en contrebas apparait un monolithe surmonté de la croix de Saussis.

En passant devant la ferme de Saussis certains ont fait remplir leur bouteille d’eau fraîche, anticipant ainsi la montée de la petite route goudronnée sous un ardent soleil. Au détour d’un virage, la route s’aplanit, nous entrons dans Montandon point culminant de notre parcours à 733 m.

Deux arbres remarquables se dressent sur la pelouse menant à l’église St Ursin dont le clocher comtois s’étire curieusement vers le ciel. Ces tilleuls 8 fois centenaires en auraient à raconter s’ils pouvaient parler ! L’un d’eux s’est brisé en 2 il y a un an mais son tronc tel un géant déchu a pu être conservé. L’autre plus proche de l’église peut être fier de ses 8m70 de tour de taille ! Son ombre bienfaisante nous propose une halte rafraichissante.

Il faut maintenant songer à redescendre à St Hippolyte. Nous longeons le stade et par la gauche nous nous engageons dans une sympathique sente ombragée. Nous plongeons les bras dans l’eau de la source captée, ça fait du bien ! Le chemin est pentu et la forêt traversée semble abandonnée, arbres déracinés, troncs enchevêtrés lui donnent un aspect primaire. Le petit ruisseau qui nous accompagne réalise un joli saut dans un cadre de rochers moussus et de tuf. La dernière partie est un peu moins idyllique, les hautes herbes et les orties confirment que cet itinéraire n’est guère utilisé.

La petite route de Soulce-Cernay nous amène à la terrasse de l’hôtel, une boisson fraîche met la touche finale à cette belle journée.

Merci aux participants

Photothèque complète







VARAPPE ET MONTAGNE MORTEAU AFFILIE FFCAM
16 RUE LOUIS PERGAUD
25500  MORTEAU
Contactez-nous
Tél. 03 81 67 45 76
Permanences :
jeudi 20h30 à 22h00
Agenda