Carnet de route

2018-11-18 Un succès encourageant pour ces exercices d'orientation

Le 18/11/2018 par Serge Deprez

Première étape avant de commencer le travail de préparation pour des exercices d’orientation : s’assurer qu’il y a suffisamment de volontaires pour parcourir prairies et forêts un dimanche matin quelle que soit la météo. Une dizaine de personnes s’étant rapidement manifestée il s’agit à présent de trouver un secteur propre à ce genre d’activité c’est-à-dire présentant une configuration de terrains variés sans trop de dénivelé et de distance à parcourir. 

Les premières recherches se font via les sites de cartographie, Géoportail en France https://www.geoportail.gouv.fr et  son équivalent en Suisse https://map.geo.admin.ch qui permettent d’avoir une vision globale et aérienne du terrain. Deux secteurs un peu à l’écart du Val de Morteau sont identifiés, le premier, franco-suisse, grosso-modo entre Charopey et Les Jordans et quelques kilomètres carrés au nord de Combe-Benoît pour le second : suite à une visite sur le terrain il s’avère que le second secteur est plus approprié à l'exercice.

Une première matinée à VTT permet de localiser une vingtaine de points en parcourant de long en large Le Grand Bois, une zone boisée entre Les Essarts et le Mont de Spey : c’est assez fastidieux car de nombreux chemins sont, soit présents sur la carte mais envahis par la végétation, soit récemment ouverts par les multiples travaux de débardage mais inexistants sur la carte. Lors d’une seconde matinée nous allons avec Hugo, 8 ans, repérer une seconde série de 20 points dans les prairies et les clairières du côté E du secteur. Deux autres 1/2 journées sont nécessaires avec l’aide de Pierre pour localiser les 15 derniers points du secteur S et pour tous les identifier par une marque de couleur.

Nous faisons d’ailleurs lors de ces différents périples des rencontres insolites : quelques fois un animal sauvage, un bucheron tirant des perches de 15 cm de diamètre avec un tracteur de 200 CV et pestant sur la gestion de la forêt, de jeunes chasseurs équipés des dernières technologies de communication avec leurs chiens et courant après un sanglier bien plus malin qu’eux ou un véhicule 4x4 à la recherche de 3 chevaux comtois dont le chauffeur envisage d’emprunter un sentier tout juste assez large pour un vététiste.

De retour à la maison il faut à présent préparer informatiquement toute la documentation : le fond de carte à l’échelle 1/15000° avec tous les points repérés par un cercle rouge accompagné d’une fiche avec leur description précise puis choisir pour chacune des équipes les 15 points à trouver tout en restant plus ou moins équitable vis à vis de la distance à parcourir et de la difficulté à localiser le point. L’impression de ces documents auxquels s’ajoute une liste de consignes constitue le dossier que chaque binôme va utiliser le jour J.

Dimanche à 7 heures 30 tout le monde est au rendez-vous sur le parking du local et nous partons en direction de Combe-Benoît où nous retrouvons Marie-Odile et Pierre déjà sur place. Suite à la désignation des 8 équipes toutes mixtes – pur hasard pour la parité mais permettant d’associer à la logique masculine l’intuition féminine – nous distribuons les documents, donnons quelques consignes et faisons faire quelques tests pour s’assurer que toutes les boussoles fonctionnent et que chaque participant sait l’utiliser correctement pour faire une visée ou déterminer un angle de marche sur la carte.

A 8 heures 30 c’est le départ de l’épreuve sous un soleil qui commence à nous réchauffer, les 8 équipes partent chacune en direction du premier des 15 points à localiser qu’elles ont choisi pour envisager un retour au point de départ à 11 heures 30 maxi même si la totalité des points n’est pas trouvée. Avec Pierre nous avons aussi 3 heures devant nous pour quadriller la zone et si nécessaire aider une équipe en difficulté : ce sera chose faite au point 49 où l’équipe composée de Julie et Nicolas cherche vainement le poteau situé 10 m à l’ouest du réservoir selon la description donnée par nos soins. Nous constatons rapidement que quelque chose cloche, le poteau étant diamétralement opposé, et finalement mea culpa c’est la description qui est erronée il aurait fallu écrire E plutôt que W. Erreur d’interprétation, de transcription informatique ou empressement d’en finir, c’était l’un des derniers points que nous identifions lors de notre préparation, toujours est-il que ça arrive même aux « meilleurs » comme on dit usuellement.

Nous repartons en direction du centre du secteur, rencontrons quelques chasseurs avec qui nous échangeons quelques mots puis croisons à nouveau 2 équipes qui ont déjà localisé 5 ou 6 points. En passant devant Les Essarts Mimi nous interpelle puis nous invite à prendre un café chez lui. Repartant en direction de La Seigne nous apercevons quelques équipes dans les différents angles des 3 ou 4 clairières alentour où sont positionnés d’autres points puis nous revenons à Combe Benoît en traversant la longue pâture qui délimite le secteur SE de l’épreuve. Assis sous un arbre au soleil nous patientons quelques instants pour voir apparaître la première équipe suivie par toutes les autres à quelques minutes d’intervalle. Favorisé par une météo excellente, tout le monde est satisfait de l’exercice proposé et de sa performance, entre 12 et 15 points trouvés.

On ne le répétera jamais assez, seule une pratique régulière sur le terrain, et surtout dans des conditions météorologiques défavorables, permet de progresser en orientation. Donc ne pas hésiter à revenir sur le secteur pour faire le parcours des autres équipes et expérimenter d’autres techniques de progression telles que le GPS ou les applications Smartphone mais ne pas oublier que carte et boussole sont des fondamentaux indispensables.







VARAPPE ET MONTAGNE MORTEAU AFFILIE FFCAM
16 RUE LOUIS PERGAUD
25500  MORTEAU
Contactez-nous
Tél. 03 81 67 45 76
Permanences :
jeudi 20h30 à 22h00
Agenda