Carnet de route

2018-10-07 Des sources de Cormoret aux fontaines de Cortébert

Le 07/10/2018 par Monique Dromard

Dans le vallon de Saint Imier c’est une petite randonnée sur les sentiers entre Cormoret et Cortébert via Courtelary que nous offre Noël notre guide. Le thème de la randonnée sera l’eau au fil de la rivière la Suze qui alimente une multitude de fontaines dans les bourgs qu’elle traverse et d’autres lieux insolites avec leur histoire.

Il est 9 heures lorsque la randonnée débute à Cormoret avec une description des différentes parties d’une fontaine : la chèvre soutenant le tube d’arrivée d’eau, les bassins et leur fonction, les utilisateurs étant tenus de les conserver propres sous peine d’une amende. Puis nous passons devant la plus ancienne maison du village datant de 1597 avant de visiter un mur d’escalade artificiel que le guide de haute montagne Germain Paratte a construit sur l’une des façades de sa demeure.

Ensuite nous  remontons le cours de la Suze jusqu’à un moulin en franchissant 3 ou 4 ponts tout en restant attentifs aux explications de Noël sur l’utilisation de l’eau : 

  • Un barrage pour alimenter des turbines fournissant de l’électricité à 70 habitations de Cormoret.
  • Une écluse qui alimente une pisciculture avec le petit escalier à poissons qui leur permettent de remonter le cours de la rivière.
  • Une station de pompage avec des pompes qui remontent l’eau de 700 à 1200 m pour alimenter en eau potable les Franches Montagnes.
  • Le moulin avec ses annexes – habitation et écurie –  ainsi que le silo dont une partie du contenu sert de réserve en cas de guerre.

Au moulin, la Doux, un affluent de la Suze, alimente les installations par une canalisation de gros diamètre. Nous remontons ce cours d’eau malheureusement à sec et faisons un léger crochet pour visiter :

  • La voie de chemin de fer dont les wagons alimentaient jadis le moulin en grain par un système de convoyeur oscillant.
  • Un système de monte charge pour le retour des sacs de farine dans les wagons.
  • Une installation de captage et de propulsion d’eau potable qui fonctionnait selon le principe du bélier hydraulique.

Ensuite nous continuons à monter dans la forêt en suivant la Doux jusqu’à sa source puis empruntons un sentier dénommé Binding – du nom de la fondation éponyme qui a décerné un prix  à la commune de Cormoret pour son utilisation durable des forêt et des pâturages – pour arriver dans le pré-bois du Droit avec vue sur le vallon de Saint Imier et la combe Grède menant au Chasseral. Nous redescendons sur Cormoret en traversant un pâturage où paissent de magnifiques chevaux des Franches Montagnes. Outre une multitude de  fontaines et de fermes typiques de Cormoret, Noël nous conduit vers une roue à aubes utilisant le surplus d’une station de pompage et dont la génératrice alimente 20 maisons en électricité puis devant la demeure d’un facteur d’orgues, le Salon de Musique, faisant également office de restaurant et de salle de concert.

La suite du parcours nous conduit de Cormoret à Courtelary où nous faisons la rencontre fortuite de Jean-Pierre, boulanger du village et ami de notre guide, qui sera mis à contribution par Noël pour nous raconter l’histoire de sa boulangerie, propriété de sa famille depuis 4 générations et pour nous faire visiter son fournil : il faut savoir qu’un boulanger suisse doit utiliser pour son pain 80% de farine suisse, le restant venant d’Italie ou de France, laquelle selon Jean-Pierre possède le meilleur blé panifiable du monde. Puis nous allons passer devant la préfecture, l’ancienne prison et le bistrot qui a servi il y a seulement quelques décennies de quartier général aux nationalistes jurassiens avant que Noël nous convie à nous rendre chez lui pour notre pause casse-croûte.

Noël nous invite à installer 2 tables et des bancs dans son jardin puis nous propose un apéritif d’origine suisse, il y tient, fabriqué à base de gentianes jaunes, une Suze dont le nom viendrait de la rivière éponyme. A la fin du repas il nous étale les documents qu’il a utilisés pour commenter la balade et nous retrace l’historique du redressement de la rivière : il y avait beaucoup d’inondations et suite à la crise économique de 1929 les chômeurs ont été employés par le canton pour modifier le cours de la Suze.

Nous repartons en direction de Cortébert en empruntant le sentier dit de la promenade de la Suze puis Noël nous propose un détour vers une fontaine isolée au milieu d’un champ et servant d’abreuvoir aux vaches. La chèvre de cette fontaine est la pierre tombale du dernier condamné à mort de Courtelary : il a été guillotiné sur la place du village et s’est repenti de ses actes avant d’être exécuté. Noël nous lit le motif de sa condamnation à mort et le texte de repentance qu’il a prononcé devant la foule.

Nous passons devant une 3ème station de pompage avant de franchir la Suze par un pont couvert et nous arrivons à Cortébert que nous parcourons par l’ancienne route cantonale. De nombreuses fontaines sont sur notre circuit dont celle du Cour d’Agibert récemment rénovée pour la bagatelle de 30 000 CHF, une fontaine ronde offerte par l’ancienne fabrique d’horlogerie Omega et la dernière, la plus jolie, qui clôture notre balade, une fontaine en forme de fleur façonnée par une femme.

De retour à Courtelary vers 17 heures nous allons nous arrêter à la chocolaterie Camille Boch pour déguster, qui un bon chocolat chaud, qui une bière bien fraiche des Franches Montagnes, avant de prendre congé de Noël que nous remercions pour nous avoir fait passer une agréable journée trés enrichissante.

Photothèque complète







VARAPPE ET MONTAGNE MORTEAU AFFILIE FFCAM
16 RUE LOUIS PERGAUD
25500  MORTEAU
Contactez-nous
Tél. 03 81 67 45 76
Permanences :
jeudi 20h30 à 22h00
Agenda