Carnet de route

2018-03-24 Une magnifique semaine en Haute Maurienne

Le 24/03/2018 par Maurice Boissenin

Le départ était prévu le samedi 17 mars mais compte tenu des risques d'avalanches et du mauvais temps annoncés pour le week-end nous avons décidé d'un commun accord de retarder notre départ d'une journée.

Dimanche 18 : à 10 heures pile, mon chauffeur Daniel est là avec Jean-Claude, Jean-Marie et Paulo. Vers 13 heures nous retrouvons tout joyeux les 4 autres véhicules sur une aire d’autoroute près de Aix les Bains pour un casse-croûte en commun. Le voyage se passe sans encombres et arrivés à proximité de Bessans nous sommes impressionnés par la hauteur des bourrelets de neige le long de la route. Dans l'après-midi nous nous installons dans ce gîte de la Bâtisse accueillant dont nous aurons la confirmation plus tard, les patrons très sympas nous gâtant avec une cuisine recherchée des pays du nord.

Lundi 19 : réveil à 7 heures mais il fait très froid, -17 °C. Nous avons des problèmes avec certaines voitures qui patinent à l'entrée de Bonneval sur Arc mais finalement nous nous rassemblons au départ des pistes vers 1820 m. Nous avons décidé de nous tenir à proximité des pistes vu le risque d'avalanches toujours important. Pour cette première journée nous nous divisons en 2 groupes encadrés par Serge et Pierre. Serge s’occupe du premier groupe auquel j’appartiens complété par Edit, Marie-Odile, Gégène, Christophe, Thierry, Michel, Jean-Claude et Philippe. Nous montons sur la piste bleue, c'est plus sage pour notre groupe, nous arrivons au dessus du premier télésiège puis du téléski du Moulinet. Nous redescendons au départ du téléski du Moulinet et remettons les peaux, chose pas aisée pour moi, et attaquons une montée assez raide pour atteindre l’arrivée du deuxième tronçon du télésiège. J'avais envie d'arrêter avant car j'avais mal au ventre mais avec les encouragements de Serge j’arriverai jusqu’à la cote 2480 ayant déjà parcouru quelque 1000 m de dénivelée. Edit et Michel décident de rentrer avec moi, le reste du groupe monte un peu plus haut et fait un exercice de dégagement de victimes d’avalanche à grands coups de pelle : il parait que ce n’est pas simple et assez fatigant. Quant à moi j'ai pu retrouver un WC à l’office du tourisme mais ce fut malgré tout une belle journée, le soleil s'étant mis de la partie.

Mardi 20 : réveil à 6 heures 30 il fait grand beau mais toujours aussi froid. Nous nous retrouvons tous au même départ que la veille mais à présent nous sommes répartis dans 3 groupes encadrés par Serge, Pierre et Jean-Marie. Nous commençons notre ascension par la même piste bleue puis au dessus de celle-ci nous partons à gauche en direction du col du Greffier dans un magnifique décor de montagne et toujours avec le grand soleil. Nous prenons pied sur le glacier inférieur du Vallonnet que nous remontons pour nous arrêter à environ 2700 m.  Nous mangeons un peu et nous descendons sur une neige magnifique dans laquelle même un « bon skieur » comme moi arrive à tourner facilement. Serge propose deremettre les peaux sur 100 m de dénivelée pour aller chercher de la bonne neige au dessus de la remontée mais ce n'était pas une bonne idée car la neige était carton. Nous finissons sur une piste rouge, encore une belle randonnée de quasi 1000 m. Et chic on ne rentre pas tard on va pouvoir faire un tarot : Serge nous a fait une démonstration gagnant de plus de 500 points, nous n'avons pas touché terre.

Mercredi 21 : réveil à 6 heures 30 et départ du parking du haut de Bonneval sur Arc avec une température « estivale » de -19 °C. Nous remontons le vallon de l’Arc par la piste de ski de fond en direction du hameau de L'écot, nous nous sustentons un peu avant de monter quelque chose qui me paraît pas très engageant car très raide nécessitant bien assez de conversions à mon goût. Serge donne l'ordre à son groupe de s'espacer d'une vingtaine de mètres et il a raison car il ne faut pas négliger le risque vu la quantité de neige tombée. Jean-Marie notre chef de groupe de ce jour veille au grain. Nous atteignons le col des Evettes dans un décor magnifique, Jean-Marie en profite pour se promener dans tous les sens quant à moi mon problème c'est à nouveau ce mal de ventre. Comme nous sommes à proximité du refuge des Evettes (2590 m), je veux en profiter pour aller aux toilettes. Edit vient me rejoindre et nous mangeons puis faisons une petite sieste tranquille. Jean-Marie, Gégène, Michel continuent de monter en direction du col de la Disgrâce mais comme ils ne voulaient pas être disgraciés ils se sont arrêtés à la cote 2630 m pour venir manger au refuge. De là nous avons suivi les évolutions des membres du groupe 3 qui sont venus nous rejoindre au refuge mais un peu déçus car ils auraient voulu des bières (pas de gardien pas de bières). Nous sommes tous descendus ensemble avec une super neige.

Jeudi 22 : réveil 6 heures 30, départ à 8 heures du parking du haut de Bonneval sur Arc.  Nous commençons notre montée le long de l'Arc dans un décor étrange d’amas neigeux et de buissons, nous passons le pont pour arriver au Mollard. Nous nous regroupons et nous remontons une longue vallée avec beaucoup de petits chalets. Ensuite les choses se corsent, Christophe me propose de me mettre dans son pas tout doux et que ça va aller. Sous le refuge du Carro il y a quelques conversions emmerdantes mais heureusement il se trouve toujours un bon Saint-Bernard prés de moi. Arrivé au refuge je suis pas surpris de voir quelques varappeurs une canette à la main dans des transats : c'est facilement que je suis leur exemple, on mange sur la terrasse en plein soleil, la vie est belle. Nous attendons le groupe 2 qui était monté en direction du col des Pariotes et nous descendons tous ensemble. Premier virage, première chute, ça commence bien : Jean-Marie m'aide à me relever, ce sera ma seule chute (je suis quand même le meilleur !!). Nous skions dans une très bonne neige, le gardien nous avait dit que nous ne pousserions pas beaucoup et il n’a pas menti. Arrivés à l'Ecot nous décidons d'aller visiter le village : bien nous en a pris c'était très joli, Gégène en fin connaisseur n’en revenait pas, l'appareil photo a chauffé. Edith et moi descendons à grande vitesse au parking du bas de Bonneval avec quelques autres. Encore une magnifique journée avec une superbe neige. Le soir nous nous empilons à 6 dans une voiture pour aller visiter Bessans, nous avons vu la course de chiens de traîneau, la hauteur de neige au cimetière de 2 mètres nous empêchant de voir les tombes. Le soir, chaude ambiance, très bon repas au son de l'accordéon du patron, nous avons tous chanté.

 Vendredi 23 : réveil même heure départ à pied du gîte de la Bâtisse, froid glacial comme d’habitude et nous chaussons les skis pour monter sur la piste en direction de Vincendières. Beau décor, de jolies avalanches sont descendues à plusieurs endroits, les chefs décident de monter plus loin que le groupe 3. Cela va être plus facile disent-ils, pour notre malheur le chemin était recouvert d'une avalanche qui n'en finissait jamais et avec cette neige très dure nous mettons les couteaux. On retrouve la trace du groupe 3 dans une pente très raide, les conversions verglacées s'enchaînent toutes aussi difficiles les unes que les autres : heureusement j'ai Michel le serre-file attitré du groupe qui est toujours prêt à me donner un coup de main. Nous arrivons sur un replat nous enlevons les couteaux et poursuivons notre chemin en direction de l'Ouille Allegra. Serge et Michel partent un peu plus vite, ils ne veulent pas rater le sommet. Edit et moi continuons notre chemin et arrivons à hauteur de Gégène et Thierry qui étaient déjà arrêtés. On fait de même et on casse la croûte ensemble en attendant les groupes qui vont arriver du sommet. La descente est magnifique sur une neige de rêve en direction de Vincendières : photo de groupe près de ces jolis petits chalets. Nous skions et en arrivant à la traversée de la route surprise pour Daniel et moi : le groupe 3 qui est devant nous en ayant fait l'Albaron avec 2000 m de dénivelée (je me suis dit ils sont quand même à peine plus forts que moi). Récompense bien méritée une bonne bière devant le gîte, le soir à l'apéro les amateurs de génépi ne sont pas restés la gorge sèche. Le dernier soir après avoir bien mangé quelle ne fut pas ma surprise, vous m'avez fait un concert et j'en avais presque les larmes aux yeux. Merci à tous, Serge à la composition, Thierry à la guitare et Marie-Odile en chef de chœur.  Du coup j'ai eu envie de vous bénir et de vous souhaiter encore beaucoup de beaux raids comme celui-ci. Je le savais mais ça fait toujours chaud au cœur de voir l'amitié entre nous tous : la varappe est notre seconde famille.   

Samedi 24 : les « au revoir » toujours un peu tristes quand on a passé une bonne semaine ensemble. Quelques-uns se sont arrêtés à Bessans pour des achats, le retour se fit par beau temps sans trop de problèmes.







VARAPPE ET MONTAGNE MORTEAU AFFILIE FFCAM
16 RUE LOUIS PERGAUD
25500  MORTEAU
Contactez-nous
Tél. 03 81 67 45 76
Permanences :
jeudi 20h30 à 22h00
Agenda