Carnet de route

2020-10-29 Balade karstique au Dard

Le 29/10/2020 par Marie-Odile Caron

Le temps maussade de la matinée n’a pas découragé une quinzaine de randonneurs qui se retrouvent à 13h30 sur la place de la poste aux Gras. Laissant à droite le ruisseau du Théverot, le groupe suit la route qui s’élève vers les dernières maisons du village.

Nous quittons le goudron pour nous engager à droite dans la forêt. La descente nous mène au Théverot que nous traversons sur le pont. Ne pouvant utiliser le gué nous poursuivons jusqu’à la ferme à gauche. Le ruisseau une nouvelle fois franchi, c’est une belle montée qui nous attend. Le terrain est glissant, il faudra s’y faire ! L’itinéraire ne suit pas forcément les sentiers les plus marqués, en effet Pierre a préféré nous faire cheminer dans des sentes plus discrètes mais moins boueuses.

Le pré-bois laisse filtrer quelques lumières automnales. Une source captée, des ruches, un troupeau de chevaux et poneys intrigués par notre intrusion agrémentent notre parcours...

Poursuivant à flanc, nous faisons face à la crête frontière. En contre-bas Le Grand Mont, le hameau des Seignes et son ancienne école attirent le regard. Un grand virage à gauche nous mène sur la crête du Dard que nous longeons un certain temps. Le parcours aérien décline et se poursuit par une descente très raide. Heureusement des mains bienveillantes nous retiennent fermement dans le dernier passage pour rejoindre la piste forestière. Nous virons à droite pour explorer l’autre côté du Dard. Les découvertes, les surprises, les étonnements et questionnements se succèdent maintenant.

De grandes failles zigzaguent sous nos pieds, le sol est incertain, les profondeurs inquiétantes… Nous sommes en présence d’un paysage karstique. Comment se forme ce relief karstique ? C’est le passage répété de l’eau en surface et dans les fissures de la roche qui provoque cette érosion particulière. L’eau de pluie se charge de CO2 produit par les végétaux et les bactéries  C’est par cette acidité acquise que l’eau va dissoudre la roche calcaire (cf. Vincent Bichet).

Le long des failles mystérieuses et moussues quelques beaux ronds de gris font la joie des amateurs de champignons ! Nous quittons ce curieux dédale et rejoignons la route goudronnée. Petit arrêt, petit carré de chocolat. La route mène aux tables de pique-nique.  Nous terminons la boucle autour du Dard et nous nous retrouvons côté Grand Mont avec vue sur les Parguemonots et le Châteleu. 

Descente du champ, traversée de la route et remontée sur le sentier qui borde la forêt à gauche. Passage très boueux par endroits, nous avons failli perdre nos 2 jouvencelles en baskets… mais ce n’était pas le but de ce détour, nous allions en effet nous trouver devant une autre particularité géologique. Il y a environ 30 ans un effondrement assez important s’est produit ici. Une portion de forêt est descendue verticalement de 20 mètres environ. La poussée sur le bord en contrebas a formé un bourrelet laissant apparaître des argiles en feuillets.

Le retour aux Gras s’effectue par un sentier à travers champs. Si le groupe après 3 heures de marche et de météo correcte semble content de cette randonnée-découverte, nous sentons planer une certaine nostalgie. Au parking les regards et les au revoir se prolongent, ils sont interrogateurs sur nos lendemains. Quand nous reverrons-nous pour partager ces moments de plaisir, ces moments nécessaires à l’amitié et à tant d’autres choses… On ne sait pas…

Merci à Pierre qui a préparé cette sortie inédite et riche de découvertes sur la géologie du Jura.

« C’était la dernière séance, c’était la dernière séquence et le rideau sur les randos est tombé… Bye bye… »

Marie-Odile







VARAPPE ET MONTAGNE MORTEAU AFFILIE FFCAM
16 RUE LOUIS PERGAUD
25500  MORTEAU
Contactez-nous
Tél. 03 81 67 45 76
Permanences :
jeudi 20h30 à 22h00
Agenda