Carnet de route

2020-01-23 Tentative avortée au Tarent

Le 23/01/2020 par Serge Deprez

Toujours pas suffisamment de neige dans le Jura alors direction le Pays d’en Haut pour ce groupe de 10 seniors mâles – pas de Mais Pas Que !!! aujourd'hui ni de charmantes dames –, en vue d’accéder au sommet du Tarent, culminant à 2547 m au-dessus de L’Etivaz. Du point 1180 où nous avons trouvé une place pour garer nos deux voitures – en Suisse nous devrions dire « parquer nos deux voitures » –  nous démarrons notre progression en suivant le torrent L’eau Froide pour atteindre, après quelques hectomètres en légère pente, une prise d’eau caractéristique du lieu.

A partir de là il nous faut mettre les cales et commencer une longue ascension avec une interminable série de conversions : la première partie sous Le Fodéra nous permet de rejoindre un groupe du CAS de Fribourg empêtré dans des vernes puis, après une pause à la hauteur de la métairie précédemment citée, nous devons à nouveau louvoyer entre des buissons, sur une croupe où les conversions se font plus nombreuses et plus serrées pour finalement arriver sur un replat vers 1850 m.

Une pause puis quelques instants de répit en légère ascendance et c’est reparti pour une succession de conversions afin de remonter la combe Nord du Tarent. Notre doyen du jour, une huitième dizaine déjà bien entamée, commence à donner quelques signes de fatigue ralentissant le rythme de la progression, et malgré nos encouragements il finit par dire « Stop les gars, moi je n’en peux plus ». Nous sommes à 2300 m au pied de L’Aiguille, il est déjà 12h45, il reste 250 mètres à faire et pas des plus faciles avec le couloir terminal à 35° donc décision est prise de renoncer au sommet.

Cette fois-ci nous prenons le temps de manger notre casse-croûte – les 2 dernières sorties nous l’avions transporté toute la course, descente comprise, pour ne nous en délester qu’au retour à la voiture –  avant de nous préparer pour la descente. Un premier tiers dans une neige un peu traitre, tantôt soufflée, tantôt gelée puis une deuxième partie dans une poudreuse agréable à skier malgré les nombreuses traces des jours précédents. Il est 15h30 lorsque nous arrivons aux voitures et à l’unanimité, direction l’Hôtel du Chamois pour la traditionnelle petite mousse revitalisante et le sympathique sourire de la patronne.
 
 






VARAPPE ET MONTAGNE MORTEAU AFFILIE FFCAM
16 RUE LOUIS PERGAUD
25500  MORTEAU
Contactez-nous
Tél. 03 81 67 45 76
Permanences :
jeudi 20h30 à 22h00
Agenda