Carnet de route

2019-01-10 Ski de randonnée au Chasseron

Le 10/01/2019 par Michel Paulin

Ça y est ! La neige tant attendue est enfin là ! Une trentaine de centimètres sur les hauteurs du Val de Morteau permet à notre guide du jour (Et de bien d'autres) de substituer par une randonnée au Chasseron celle initialement prévue dans les Alpes. Nous allons même pouvoir chausser les skis depuis Buttes, ce qui est peu fréquent, et nous promet de beaux dénivelés. C'est ma première sortie de l'année et je me demande si je vais tenir le coup.

Nous montons d'abord par la piste de descente puis rapidement nous empruntons un itinéraire balisé pour raquettes. Le rythme est soutenu car nous devons retrouver Florence, présidente du CAF de Besançon aux alentours de la Dénériaz-Dessus. Il n'a pas fallu plus d'une heure pour avaler les 500 premiers mètres puis nous atteignons le col du Crêt de la Neige. Nous dépeautons pour une première série de zig zag dans la poudreuse et nous arrivons pile poil au rendez-vous. Nous poursuivons la descente par le chemin jusqu'à la Dénériaz-Dessous. Nous repeautons direction le chalet du Sollier puis enchaînons par une descente vers les Auges. Par chance la porte de cette étable n'est pas fermée et nous sommes ravis de pouvoir nous y engouffrer pour casser la croûte car il fait plutôt froid et brumeux dehors. Un beau tracteur « Bucher » trône dans la grange et nous avons une pensée pour Pierrot, grand amateur de ces vieilles mécaniques qui n'a pas pu venir aujourd'hui, mais Marie-Odile le lui montrera en photo.

Nous partageons le repas avec Florence qui a oublié le sien, ce qui donne l'occasion de confronter les points de vue sur le temps idéal pour la cuisson des œufs, toujours est-il qu’elle trouve celui que je lui ai offert excellent !

Puis il nous faut rechausser car Serge a l'air de nous avoir concocté un parcours ambitieux. Après montées et descentes, nous rejoignons la crête et je commence à fatiguer. Un épais brouillard nous accompagne jusqu'au sommet. Après un nième dépeautage nous poursuivons en direction des Roches Eboulées. Les cuisses me brûlent et je me remonte le moral en pensant que le col qui va nous permettre de rebasculer sur Buttes n'est plus très loin. Eh bien pas du tout ! Le groupe plonge en direction du vallon de la Dénériaz, histoire de raccompagner Florence un bout de chemin. Les adducteurs me font horriblement mal, comme si on m'avait fait des nœuds dans les muscles. Gégène est également victime de crampes sévères. Nous décidons tous les deux de ne pas suivre le groupe et de commencer à remonter en direction du sommet des téléskis. Nous avançons si lentement nos compagnons finissent par nous rejoindre quand nous quittons les peaux pour une dernière descente. Elle sera pour moi très longue et douloureuse et c'est avec un vrai soulagement que nous arrivons enfin aux voitures à la nuit tombante.

Avons-nous gravi les 1400 mètres prévus ? Bien mieux ! Les compteurs affichent environ 1650 mètres de dénivelé positif. Quelle aventure ! Et malgré la difficulté pour certains et le temps mitigé nous avons passé une belle journée au milieu des sapins lourdement chargés de neige et des combes sauvages du Chasseron.

Photothèque complète







VARAPPE ET MONTAGNE MORTEAU AFFILIE FFCAM
16 RUE LOUIS PERGAUD
25500  MORTEAU
Contactez-nous
Tél. 03 81 67 45 76
Permanences :
jeudi 20h30 à 22h00
Agenda