Carnet de route

2018-11-29 On ne se lassera jamais d'une virée à Consolation

Le 29/11/2018 par Serge Deprez

C’est sur le parking de la Roche du Prêtre que 16 valeureuses et valeureux seniors se retrouvent en ce jeudi matin pour une balade dans le cirque de Consolation, haut lieu touristique de la région. Il est 9h30 lorsque nous commençons à marcher en direction du belvédère tout proche. La vue sur la Roche Sainte-Catherine, l’ancien séminaire et la vallée du Dessoubre est bien dégagée ce qui laisse présager une agréable journée malgré la température un peu fraiche.

Par un chemin forestier assez pentu nous descendons d’environ 200 mètres jusqu’au lieu-dit La Scie-Dessus où deux possibilités s’offrent à nous : soit continuer à descendre soit prendre sur notre droite le sentier en balcon qui fait le tour du cirque. Malgré que ce deuxième itinéraire soit déconseillé, la tempête Eléanor du début de l’année ayant occasionné quelques dégâts, nous allons l’emprunter avec prudence.

Après avoir suivi pendant quelques centaines de mètres un chemin forestier encombré de nombreuses pierres ayant dévalé la pente qui nous surplombe, nous accédons à une série d’escaliers métalliques qui nous permettent de descendre sur le sentier à proprement dit. C’est un peu étroit, nous passons sur des vires surmontées par des barres rocheuses mais bien souvent un câble est là pour assurer la sécurité. Nous arrivons rapidement à l’entrée de la Grande Grotte que Michel a déjà explorée avec Les Esses : l’accès, malaisé, se fait par une corde à nœud le long de la falaise tandis qu’il faut en sortir par le dessus de la voûte pendu au bout d’une seconde corde.

Nous nous attardons un peu sur ce site d’où jaillit, lorsqu’il y a beaucoup d’eau, le Lançot affluent du Dessoubre, puis reprenons notre progression prudente jusqu’à arriver à une seconde série d’escaliers métalliques qui ont particulièrement souffert lors des intempéries. Nous n’allons pas les emprunter car ils nous conduisent au fond du cirque mais continuons à longer un sentier en balcon non balisé mais toujours bien sécurisé par un câble qui va nous amener jusqu’aux environs du belvédère de Chauve Roche. Nous profitons de cet endroit pour admirer sous un autre angle le cirque et croquer quelques en-cas.

Par un chemin facile nous atteignons Mont-de-Laval puis prenons la direction de Laval-le-Prieuré. Avant de descendre sur ce hameau par le sentier balisé, Fabienne propose de faire un détour pour nous rendre à un autre point de vue peu connu, le belvédère de la Rousse. Il offre une vue plongeante sur Laval-le-Prieuré et sur un chantier-école de restauration de murs de pierre sèche patronné par l’association « Murs et Murgers, patrimoine des Montagnes du Doubs et d’ailleurs » qui fera peut-être l’objet d’une prochaine visite. Ayant rejoint le sentier balisé nous descendons par une pente assez raide et recouverte de feuilles mortes jusqu’à Laval-le-Prieuré où, avant de piqueniquer sur une table à côté de la mairie, Fabienne va nous conduire devant les armoiries de l’ancien prieuré, récemment découvertes sous la mousse d’un mur par un couple d’amis.

Passant sur le nombre de bouteilles qui ont été ouvertes et… bues durant notre collation, c’est en longeant le Dessoubre que nous atteignons l’ancien séminaire pour ensuite monter en direction de la source du Dessoubre où Pierre, malgré une chute malencontreuse a hâte de nous montrer les travaux de réhabilitation de l’ancienne centrale électrique. En effet quelque 50 mètres en aval de la source un canal de dérivation a été construit pour amener l’eau dans une conduite forcée qui alimentera, par une chute de 65 mètres, les 2 turbines du local technique.

De là nous aurions pu rejoindre directement le parking de la Roche du Prêtre mais nous préférons redescendre dans le parc qui vaut le détour et ensuite enchaîner avec l’ascension de la Roche Sainte-Catherine, qui domine l’ancienne via ferrata dont l’accès est à présent interdit pour des raisons de sécurité. La suite de notre périple nous conduit devant les ruines d’un château puis par une légère descente glissante nous arrivons au bord de la route départementale reliant Fuans à Gigot. Nous rejoignons la Scie-Dessus par un sentier pittoresque qui longe, abrité sous une barre rocheuse, la départementale et remontons le chemin que nous avions emprunté le matin pour rejoindre à 16h30 notre point de départ.

Photothèque complète







VARAPPE ET MONTAGNE MORTEAU AFFILIE FFCAM
16 RUE LOUIS PERGAUD
25500  MORTEAU
Contactez-nous
Tél. 03 81 67 45 76
Permanences :
jeudi 20h30 à 22h00
Agenda