Carnet de route

2018-09-02 A défaut de Lenzspitze, direction l'Evêque

Le 02/09/2018 par Serge Deprez

Avec Philippe nous avions réservé 2 places à la cabane de Mischabel avec pour objectif l’ascension de la Lenzspitze par son arête NE puis la traversée jusqu’au Nadelhorn avant de redescendre sur Saas-Fee : beau programme pour terminer la saison d’alpinisme en haute montagne avec 2 sommets de plus de 4000 mètres mais contrarié par une météorologie capricieuse. 

Le vendredi soir après un coup de fil à la gardienne de la cabane pour annuler notre venue – ce qu’elle acquiesce sans problème vu la quantité de neige tombée sur les arêtes rocheuses –  il nous faut trouver un plan B rapidement. Nous pensons au Grand Cornier avec un bivouac mais les prévisions météorologiques pour le samedi n’étant pas favorables nous décidons de nous rendre à la cabane des Vignettes pour tenter une nouvelle fois l’ascension de l’Evêque : nous n’étions pas parvenus au sommet lors de notre raid à ski d’avril 2017 contraints par des températures glaciales avoisinant les -20°C à rebrousser chemin vers 3500 mètres.

Samedi 13h après un casse-croûte rapide sur le parking d’Arolla nous entamons sous un ciel couvert la montée en direction de la cabane des Vignettes perchée à 3150 m. Une raide moraine suivie de quelques passages dans des gradins rocheux nous conduit à 2700 m au pied du glacier de Pièce : nous sommes à présent dans un épais brouillard avec en prime la neige qui se met à tomber. Quelques crevasses en partie cachées par la neige fraîche nous demandent la plus grande attention mais c’est sans encombres que nous atteignons après 3 heures d’effort l’entrée de la cabane où flottent le drapeau valaisan et … la tête de Maure de celui de la Corse auquel Karine, l’épouse du gardien, originaire de l’ile de Beauté y tient.

Dimanche il est 6h lorsque nous chaussons les crampons devant le refuge sous un ciel étoilé puis nous nous dirigeons dans une couche de neige épaisse vers le col des Vignettes, point de passage obligé permettant d’atteindre le petit plateau sous le Pigne d’Arolla avant de descendre au col de Charmotane séparant le glacier d’Ottema et celui du Mont Collon. Nous traversons ce dernier horizontalement pendant environ 2 kilomètres avant de commencer à gravir le versant N de notre objectif : les nombreuses crevasses quasi invisibles sous cette épaisse couche de neige fraîche vont ralentir notre progression si bien que nous arrivons au col avant l’ultime pente sommitale avec 1 heure de retard sur notre timing. Nous nous engageons dans cette pente avoisinant les 45° dans laquelle des portions de glace apparaissent pour arriver au pied des rochers de l’arête finale : 2 ou 3 longueurs devraient nous permettre d’atteindre le sommet mais les rochers bien enneigés et le changement de temps qui s’annonce nous poussent à dédaigner le sommet tout proche.

Nous sécurisons la partie glacée de notre descente par quelques broches à glace puis reprenant notre trace de montée nous atteignons rapidement le plateau du glacier du Mont Collon. Nous avons à ce moment 2 options pour revenir sur Arolla, la plus rapide étant de repasser par la cabane des Vignettes, la seconde plus longue serait de faire le tour du Mont Collon en passant sous le refuge des Bouquetins. La dégradation pressentie lorsque nous avons décidé de rebrousser chemin s’étant quelque peu estompée nous optons pour la deuxième possibilité qui après un nouveau louvoyage dans d’innombrables crevasses nous conduit 300 mètres plus haut au col de l’Evêque où nous prenons le temps d’enfin nous restaurer.

Reprenant notre progression nous devons descendre le long de la face S de l’Evêque sur un glacier tourmenté mais beaucoup moins enneigé ce qui facilite la recherche de l’itinéraire. A environ 3000 m nous prenons pied sur un pierrier où nous pouvons ôter les crampons et nous libérer de la corde, la traversée du glacier d’Arolla quelques centaines de mètres plus bas ne devant pas être compliquée. Prenant pied sur celui-ci après une descente pénible dans la caillasse nous le traversons en diagonale pour rejoindre rive droite le long sentier qui nous ramène via les Plans de Bertol à notre point de départ.

Il est 18h30 lorsque nous arrivons sur le parking et c'est encore un bon moment passé en montagne avec Philippe qui s'achève. Le reste de la bouteille de vin blanc entamée la veille et laissée au frais dans les buissons alentour va remplacer la traditionnelle bière avant de reprendre la route pour Morteau.

Photothèque complète







VARAPPE ET MONTAGNE MORTEAU AFFILIE FFCAM
16 RUE LOUIS PERGAUD
25500  MORTEAU
Contactez-nous
Tél. 03 81 67 45 76
Permanences :
jeudi 20h30 à 22h00
Agenda