Carnet de route

2018-08-26 Le Combin de Corbassière pour initiation

Le 26/08/2018 par Florie Cuenot

Après avoir pris des renseignements sur la sortie du week end auprès de Serge, je me dis que c'est une belle opportunité pour s'initier à l'alpinisme. J'embarque donc ma sœur Marina pour cette première car Serge m'a convaincue que nous avions le niveau, qu'il n'y aurait sans doute pas de difficultés techniques - n'est ce pas Cédric et Vincent ? - et puis partager cette expérience entre sœurs quoi de mieux !

Nous partons donc tout d'abord pour Fionnay où nous commençons par casser la croûte sous une météo encore sèche mais un peu fraiche. Ensuite nous finalisons nos sacs et attaquons les premiers serpentins bien raides en direction de la cabane de Panossière. Le temps est couvert et un peu humide mais la montée nous réchauffe tous rapidement. Après 2 heures 30 d'une ascension rapide nous arrivons à la cabane, splendide, posée devant le Grand Combin que l'on ne perçoit pas vraiment… ni le Combin de Corbassière d'ailleurs… ce qui après réflexion nous a sûrement permis de passer une meilleure nuit, ne sachant pas visuellement l'objectif du lendemain !

Une fois changés et au chaud, nous nous sommes imprégnés de l'itinéraire du lendemain autour de la traditionnelle bière. Mais il a aussi fallu surtout prendre une décision concernant les fameuses chaussures de Marina… l'inactivité des semelles depuis quelques temps ou le rythme effréné des pas à la montée, nous ne le saurons jamais, ont malheureusement désolidarisé une partie de la semelle d’avec la chaussure. Fin de l'initiation pour Marina ou solution système D ?? Après plusieurs tentatives de réparation du gardien de la cabane rien n'y fait, la sortie semble bien compromise pour elle. Tout y passe, les lacets, les scratchs, la colle, mais se sera finalement le scotch tissé de l'hôpital qui l'emportera ! Oui, non, non, oui… est ce que ce sera assez solide ? Bref demain matin, la descente jusqu'au glacier nous permettra de faire le test et d'aviser.

Apres un repas de prince, nous nous couchons un peu avant 22h pour être en forme au réveil prévu à 4h45. La nuit fut bonne pour l'ensemble du groupe, peut être encore meilleure pour Philippe qui à 2h30 voulait déjà partir ! Hé oui, il avait avancé sa montre de plus de 2 heures tellement il était impatient… Ah la magie de l'altitude !

Petit déjeuner pris et sac allégé, nous nous équipons et partons à la lueur de nos frontales en direction du glacier, le temps est dégagé et sans vent, faisant immédiatement oublier la tempête de neige observée des fenêtres dans la soirée. 

Les chaussures tiennent et l'initiation commence ! Les cordées se mettent en place au rythme des crampons, nœuds et encordement. Nous serons 2 cordées de 2 et 2 cordées de 3. Nous partons en tête avec Philippe, Serge nous suit de près avec Vincent et Cédric impressionnés tout comme Marina et moi de nos premiers pas sur glacier, ensuite Jean Marie escorte Marina et Alain, et la dernière cordée unie à la vie comme à la montagne est constituée d'Alain et de Catherine. 

La progression sur le glacier se fait sans difficulté et les appréhensions disparaissent peu à peu. Nous assistons à un lever de soleil sur le Grand Combin d'une grande beauté, nous continuons notre approche avec un petit couloir en neige encore bien gelée à coté d'une magnifique cascade en dégel. Nous rejoignons le pied d'un 2ème glacier en passant par un petit col en rocher, l'occasion de tester les crampons dans les cailloux enneigés et glacés, les pieds et les chevilles s'habituent bien. 

Le 2èmeglacier est plus enneigé, il faut donc redoubler de vigilance et progresser corde tendue, les chefs de cordée sont de très bons professeurs et tout se passe au mieux. Nous arrivons à présent au pied de l'arête S du Combin de Corbassière qui mène à son sommet. 

Petite pause et observations. C'est impressionnant, de gros blocs sont empilés les uns sur les autres recouverts de neige et aussi de glace, nous nous rendons vite compte entre débutants que l'ascension va être longue et éprouvante, mais la confiance en nos chefs de cordée et le site spectaculaire nous motivent d'autant plus. Nous nous lançons donc à la conquête de cette arête pendant plus de 2 heures. Mais quelle récompense une fois arrivés à la croix, un paysage à 360 degrés magnifique avec une leçon privée de Philippe sur tous les sommets nous entourant ! 

Une fois tout le monde arrivé, la concertation sur l'itinéraire de descente ne durera pas longtemps, il est préférable de descendre par le versant W plutôt que de refaire le chemin inverse, ouf je suis soulagée !

La longue et raide descente commence et se poursuit par un contournement de crevasses, certes cela prendra du temps mais parait indispensable niveau sécurité. La fatigue se fait peu à peu sentir, les pieds chauffent mais la cabane se rapproche doucement et la pause casse-croûte redonne de l'énergie. Il est 16h30 lorsque les premiers arrivent à la cabane, grosse commande de bières, photos souvenirs et congratulations clôturent cette ascension. 

Mais il nous reste tout de même le retour aux voitures avec la descente sur Fionnay, qui se fait cette fois-ci sous un magnifique soleil et des paysages superbes que nous n'avions pas pu observer la veille. Après 2 belles heures de descente, nous rechargeons les voitures et nous nous préparons au retour. Il est 22h30 lorsque nous arrivons à Morteau. 

Quel week end époustouflant ! De l'inattendu, de la peur, de la joie, du bonheur, du partage, de la précaution, de la découverte, de l'apprentissage et surtout des souvenirs inoubliables avec de belles personnes !  Merci à Varappe, à Serge pour l'organisation de cette sortie, à Philippe pour cette ascension à 2 et aux 7 autres personnes du groupe sans qui le week end n'aurait pas été pareil. 

Pour ceux qui se posent la question, l'efficacité du scotch a été spectaculaire !

Florie

Photothèque complète







VARAPPE ET MONTAGNE MORTEAU AFFILIE FFCAM
16 RUE LOUIS PERGAUD
25500  MORTEAU
Contactez-nous
Tél. 03 81 67 45 76
Permanences :
jeudi 20h30 à 22h00
Agenda