Carnet de route

2018-05-27 De "Kopf en Kopf" autour du Markstein

Le 27/05/2018 par Serge Deprez

Nous sommes partis du lac de la Lauch situé à 940 m au fond de la vallée de Guebwiller. L’eau très pure de ce lac artificiel dont le barrage fût construit à la fin du 19ème siècle est traitée dans la station de Linthal avant d’être distribuée aux 55 000 habitants de la vallée.

Nous commençons notre périple en gravissant les quelque 300 mètres de dénivelée qui nous séparent du col de l’Oberlauchen traversant au passage les chaumes éponymes, pâturages caractéristiques des ballons des Vosges. Dans le prolongement du col nous avons une vue remarquable sur la vallée de Sondernach qui débouche un peu plus loin sur celle de Munster.

C’est en parcourant une très belle forêt de hêtres que nous allons atteindre à 1314 m le Lauchenkopf, point culminant de notre parcours, avant de redescendre en direction du Nonselkopf d’où nous pouvons apercevoir le site d'escalade de la Martinswand sous le sommet du Hohneck. Puis nous nous dirigeons vers le col d’Hahnenbrunnen situé à 1186 m sur la route des Crêtes et après avoir remonté au Breitfirst nous traversons les chaumes du Steinlebach pour atteindre 2 kilomètres plus loin le sommet du Trehkopf, spot réputé des parapentistes et dominant la vallée de la Thur.

Un conifère isolé légèrement en contre-bas du sommet est l’endroit idéal pour avaler notre casse-croûte arrosé d’un petit Bordeaux avant de reprendre notre route en direction du Jungfrauenkopf, point d’arrivée des remontées mécaniques de la station de ski du Markstein. Par un sentier en montagnes russes nous allons nous rendre au Marksteinkopf puis au Hundskopf alternant traversées de chaumes colorés par de nombreuses variétés de fleurs, d'étendues de myrtilliers et de forêts de hêtres.

Du Hundskopf où nous allons localiser la borne géodésique inscrite sur la carte nous entamons notre ultime descente pour rejoindre le lac. Nous parcourons tout d’abord un large chemin forestier permettant de contourner le talweg abrupt au fond duquel s’écoule le torrent Hirsengrabenrunz. Nous surprenons au détour d’un virage un chamois dodu et peu farouche avant de devoir enfiler nos pèlerines, l’orage menaçant depuis un certain temps nous gratifiant de quelques coups de tonnerre et d’une courte mais abondante averse.

Au virage côté 923 m, la pluie s’étant arrêtée, nous quittons le chemin forestier pour emprunter un magnifique sentier louvoyant entre de monumentaux blocs de granite caractéristiques de la géologie des Vosges. Quelques centaines de mètres plus loin nous débouchons sur la rive droite du lac et c’est en traversant la digue que nous rejoignons le parking d’où nous étions partis le matin.

Photothèque complète







VARAPPE ET MONTAGNE MORTEAU AFFILIE FFCAM
16 RUE LOUIS PERGAUD
25500  MORTEAU
Contactez-nous
Tél. 03 81 67 45 76
Permanences :
jeudi 20h30 à 22h00
Agenda