Carnet de route

2018-04-21 Faute de Grisons, un super plan B dans le massif des Combins

Le 21/04/2018 par Daniel Ley

Initialement prévu dans les Grisons où les prévisions météorologiques et nivologiques n'étaient pas bonnes, c'est dans la région des Combins que notre petit groupe composé de Serge, Philippe, Alain et moi-même va se diriger.

Mardi 17 avril : Morteau - Bourg-Saint-Pierre - Refuge du Vélan

C'est à 6h00 du matin que nous quittons la région de Morteau pour nous rendre à Bourg-Saint-Pierre, point de départ de notre raid. Vers 9h30 nous sommes prêts pour la montée au refuge sans avoir au préalable dévoré la belle et succulente brioche préparée avec soin par Mercédes. Il ne faut pas tarder, le soleil matinal est déjà bien chaud et Serge se fait pressant à juste raison. Du coup la montée est assez suante et usante pour moi alors je pense alors aux fraiches matinées de Bessans qui m'étaient beaucoup plus supportables ! Notre cheminement est jalonné ici et là de généreuses coulées de neige, les adrets étant déjà bien dégarnis. Le refuge du Vélan perché sur une arête rocheuse à 2642 m est atteint sans encombres. Nous allons enfin pouvoir récupérer en savourant tranquillement une bière bien fraiche. C'est là que nous faisons une rencontre insolite : Philippe Roy avec son jeune fils Mathias et Vincent Busch sont arrivés avant nous avec le même objectif pour demain à savoir le Mont Vélan.

Mercredi 18 avril : Refuge du Vélan - Mont Vélan - Refuge de Valsorey

Départ à la frontale à 5h30. Progression facile sur le glacier de Tseudet. C'est ensuite que les choses se compliquent pour moi à l'approche du col de la Gouille (3150 m) car peu familiarisé avec les techniques alpines. Ici il faut évoluer avec crampons et piolet. J'appréhende un peu mais finalement, correctement concentré, tout se passe bien surtout que sur le terrain, chaines et autres points d'ancrage seront utilisés par Serge pour renforcer notre sécurité. Après pas mal de temps à franchir ce passage nous abordons le glacier de Valsorey où nous allons progresser encordés. Le sommet est atteint, vaste dôme de neige à 3727 m. Temps calme, pas de vent, soleil radieux, personne d'autres que nous, les 7 de Varappe ! Nous nous congratulons ! Un paysage exceptionnel s'offre à nous. Serge et Philippe n'ont pas besoin de carte pour identifier quelques uns de ces géants des Alpes. La descente, partie du ski de randonnée que j'affectionne, est un réel moment de bonheur dans ce décor de rêve. Neige poudreuse, facile à skier, liberté, chacun taillant à loisir sa trace dans cet immense espace blanc. Puis nous obliquons à droite, la neige se fait moins docile, la pente s'accentue et s'ouvre sur un large et raide couloir, 40° au début. Il ne faut pas se louper sinon c'est parti pour une longue glissade mais pas de danger du style crevasse ou barre rocheuse. Tout se passe bien, les virages s'enchainent entrainant avec nous des petites plaques de neige durcie. Ce sera un peu moins facile pour Philippe avec son genou douloureux qui le tenaille depuis longtemps et qui va descendre prudemment en dérapage. Cette difficulté passée nous poursuivons, plus détendus, notre longue descente sur une neige agréable, légèrement ramollie : du velours ! Mais la récréation est finie : il faut remettre les peaux, direction le refuge de Valsorey à 3030 m ! Après une légère collation prise en commun, Philippe Roy, son fils et Vincent nous quittent pour le retour sur Morteau. C'est sur une neige fondante que nous entamons la montée au refuge. J'ai quasiment épuisé mes 2 litres d'eau et il reste 700 m à grimper. Par bonheur un petit torrent situé sur l'itinéraire va nous permettre de remplir nos bidons. Sauvé ! Enfin le refuge ! Ici un  monde cosmopolite car ce refuge se situe sur l'axe Chamonix-Zermatt. Nous partageons le repas du soir en compagnie de skieurs et charmantes skieuses espagnoles... Bilan de la journée, 1800 m de dénivelée positive.

Jeudi 19 avril : Refuge de Valsorey - Col du Meitin - Petit Combin - Refuge de Panossière

Le col du Meitin (3610 m) est la difficulté du jour avec une pente sévère qui impose crampons et piolet. Alain est en forme, il est parti devant, peut-être avec les espagnoles ! Les faisceaux lumineux des frontales qui nous dominent semblent tous converger à droite dans la même direction : l'Italie, mais ce n'est pas la nôtre ! Serge prend conscience qu'Alain est à la dérive et lui fait changer sa trajetoire « A gauche , il faut aller à gauche ! ». 600 m plus haut nous voici débouchant au col. Le jour s'est levé. Descente sur le plateau des Maisons Blanches, le Petit Combin est proche mais va se montrer coriace sur les derniers mètres gelés et en dévers, alors nous recourrons aux couteaux. Nous ne restons pas longtemps au sommet (3663m) car battu par un vent violent et froid. Le refuge de Panossière (2641m) est atteint après une longue et agréable descente même s'il faut remettre les peaux pour la courte partie finale.Ce refuge, de bonne tenue, très agréable va nous servir de camp de base pour les 2 jours restants.

 Vendredi 20 avril : Refuge de Panossière - Tournelon Blanc - Refuge de Panossière

Départ 5h30. Le ciel est magnifiquement étoilé. Nous progressons rapidement sur la partie plate et peu inclinée du glacier de Corbassière que nous empruntons par sa rive droite. Nous passons au niveau de la zone de séracs. Plus besoin de frontale, le jour s'est levé et les premiers rayons de soleil enflamment déjà le sommet du redoutable Grand Combin (4314m). Nous quittons la partie plate du glacier pour nous engager à gauche en direction du col du Tournelon Blanc (3541m). Pente raide et neige dure nous obligent à mettre les couteaux. Pourtant la progression est délicate et un grand nombre de conversions nous attend. Décision est prise pour mettre les crampons, une opération qui dans cette pente exige beaucoup de précautions. Arrivés enfin sur un replat nous rechaussons les skis jusqu'au pied du Tournelon Blanc (3700 m). Avec beaucoup d'attention pour ne pas faire rouler des pierres, équipés de nos crampons et allégés de nos sacs, nous atteignons le sommet constitué d'une étroite arête neigeuse. La descente reprend le même itinéraire que la montée avec une neige dure et le passage sur la pente raide n'est vraiment pas facile à négocier pour Philippe.

Samedi 21 avril : Refuge de Panossière - Col de Panossière - Bourg-Saint-Pierre

C'est notre dernier jour. Après une bonne nuit de sommeil nous quittons le refuge par la rive gauche du glacier de Corbassière. Fatigué, je lambine un peu mais pour ceux qui se sentent encore d'attaque le Combin de Boveire est une option possible sur le chemin du retour. Toujours un très beau temps, visibilité excellente, Serge et Alain sont un peu devant et c'est Philippe qui m'accompagne dans ma lente progression. Nos 2 compagnons de tête sont déjà dans l'ascension du col de Panossière (3458m) équipés de leurs crampons. Il ne faut pas tarder, il fait chaud et la neige est déjà bien transformée. Nous les rejoignons au col 20 mn plus tard. Peu ou pas de motivation pour le Combin de Boveire (3663m) alors nous entamons une longue et ultime descente sur une neige dure en direction de Bourg-Saint-Pierre. Sur la fin du parcours nous portons nos skis, le chemin devenant impraticable par une disparition rapide de la neige dans ces parties basses ainsi que par la présence de nombreuses coulées. Arrivés à la voiture, le carillon mélodieux de l'église du village sonne midi. Débarrassés de nos harnachements nous regagnons Morteau après avoir pris une collation et une bière bien fraiche au resto du coin.

Bilan : 

Merci à Serge pour ses qualités d'organisateur et son côté prévenant. Je n'oublie pas Philippe dont je salue le courage avec son genou douloureux mais il faudra faire quelque chose. Merci à  Alain qui a porté la corde plus longtemps que moi. Nous avons passé 5 jours formidables et cela aurait été dommage de louper toute cette amitié.

Daniel

Photothèque complète







VARAPPE ET MONTAGNE MORTEAU AFFILIE FFCAM
16 RUE LOUIS PERGAUD
25500  MORTEAU
Contactez-nous
Tél. 03 81 67 45 76
Permanences :
jeudi 20h30 à 22h00
Agenda