Carnet de route

2018-03-04 Le Niderhorn à ne pas sous-estimer

Le 04/03/2018 par Serge Deprez

Le Niderhorn si nous en croyons les commentaires du livre Ouest-Suisse des éditions Olizane c’est un sommet facile qui pourrait être parcouru à ski de fond quelque soit l’itinéraire emprunté mais la boucle qui est décrite par François Labande dans ce guide devrait donner un peu d'attrait à la course.

En ce beau dimanche ensoleillé nous sommes 18 à nous retrouver dans le hameau de Grubenwald quelques kilomètres en aval de Zweisimmen. Pour diminuer l’inertie d’une telle caravane nous nous scindons en deux groupes encadrés chacun par deux personnes. Malgré la neige tombée dans la semaine nous devons marcher sur la route 5 à 6 minutes avant de pouvoir chausser nos skis.

Nous attaquons l’ascension par de raides pâturages légèrement enneigés où il nous faut déchausser 2 ou 3 fois pour passer des clôtures en fils barbelés : et si nous étions partis comme il y a quelques années quand nous avions vainement entrepris d’accéder au sommet du Gehrihore, devant chevaucher d’innombrables barrières sous une météo capricieuse et avec en plus une neige exécrable à la descente. Fort heureusement arrivés au lacet de la route coté 1145 les passages entre les différents alpages sont ouverts et nous pouvons rejoindre le premier groupe qui nous attend vers 1300 m au point de ralliement que nous avions fixé au départ.

L’épaisseur de la neige a considérablement augmenté et il n’y a pas de trace préalable pour nous conduire à ce petit col qui doit nous permettre de basculer, aux environs des chalets Altläger, dans une combe parallèle à la crête menant au sommet principal du Niderhorn. Notre allure est relativement lente entre les quelques hésitations d’itinéraires que nous avons eues, la quantité de neige à soulever pour faire la trace et les arrêts pour des pécadilles. Arrivés au fond de la combe par une courte descente raide mais très enneigée il faut se rendre à l’évidence que vu l’horaire déjà trop avancé, nous ne pourrons pas faire la boucle prévue.

Après une rapide concertation nous décidons de revoir notre objectif à la baisse et de nous contenter d’un aller er retour au sommet. La belle pente permettant d’y accéder laisse présager une belle descente en neige poudreuse et c’est finalement vers 14 h que nous arrivons au sommet convoité pour enfin nous restaurer, la fringale ayant déjà fait quelques rappels à l’ordre chez certains.

C’est par une neige excellente que la descente nous ramène dans le fond de combe où il nous faut remettre les peaux pour remonter les 80 mètres nous séparant du col que nous avions franchi dans la matinée. Puis de grandes prairies enneigées vont nous permettre d’effectuer de nombreux virages mais au fur et à mesure que nous perdons de l’altitude nous devons skier plus ou moins entre les taupinières pour finalement déchausser vers 1200 m le soleil ayant eu raison du peu de neige encore présent ce matin.

Finalement cette course de quelque 1250 m de dénivelé ne fut pas si monotone mais nous avons pu une fois de plus constater que la gestion de grands groupes pénalise horaire et itinéraire. Mais le principal n'est-il pas de se retrouver entre amis, de passer en sécurité une excellente journée en montagne et de la terminer en trinquant devant une bonne bière réparatrice ?

Photothèque complète







VARAPPE ET MONTAGNE MORTEAU AFFILIE FFCAM
16 RUE LOUIS PERGAUD
25500  MORTEAU
Contactez-nous
Tél. 03 81 67 45 76
Permanences :
jeudi 20h30 à 22h00
Agenda