Carnet de route

2017-12-31 Un Buet au Chasseral

Le 31/12/2017 par Serge Deprez

Suite au déluge de samedi que reste-t-il en ce dimanche 31 décembre de cette excellente neige abondante rencontrée lors de notre sortie de vendredi au Chasseral ? Météo Suisse annonçant une journée plutôt agréable je décide d'y retourner mais seul n'ayant pas pu trouver un compère disponible pour m'accompagner en ce dernier jour de 2017.

Le départ de Villeret n'étant plus possible par manque de neige je chausse les skis à 8h30 sur le parking des Savagnières transformé en patinoire dangereuse par la pluie de la veille : je dois me cramponner aux portes de la voiture pour accéder au haillon arrière sans m'étaler sur la glace. Du parking je me dirige plein Est en longeant plus ou moins une piste de ski de descente pour arriver sur la crête que je parcours jusqu'au sommet de La Cornette. De là une première descente me conduit au Pré aux Auges en passant le col de l'Egasse et la combe adjacente dans une neige douce à skier mais un peu lourde.

Après avoir remis les peaux je remonte une combe en pente douce jusqu'à la métairie de Morat puis par un virage à 180° j'atteins la crête du Houbel où se niche la cabane du ski club de Villeret. Au point 1514 de cette crête il est temps d'ôter les peaux pour enchainer une seconde descente qui me mène en aval des métairies Les Limes du Bas. Ici je rencontre le berger attitré venu y faire une visite de contrôle. Avec son français approximatif et mon allemand rudimentaire je comprends que ses bêtes passent l'hiver à Buchen en Emmental et qu'il reviendra avec elles du mois d'avril prochain jusqu'en octobre.

Un nouveau « repeautage » me conduit des Limes du Bas aux Limes Derrière pour terminer cette troisième ascension au col de la crête du Houbel que nous avions atteint en sens inverse vendredi dernier. Il est midi, le soleil ayant fait son apparition c'est le coin idéal pour se poser une vingtaine de minutes et manger son casse-croûte. La descente qui va suivre avec une neige un peu instable qui forme de grosses boules demande un peu d'attention et de précaution mais c'est sans encombres que j'atteins par quelques virages le fond de la combe où je croise pour la première fois de la journée un groupe de randonneurs qui remonte la combe que j'avais parcourue dans la matinée.

Je me laisse glisser jusqu'au Pré aux Auges où il faut à nouveau remettre les peaux pour entreprendre la montée par le talweg qui me mènera au sommet du Chasseral. La première partie se déroule dans la forêt avec une neige restée en abondance malgré la pluie du samedi. Je progresse d'un bon rythme quand tout à coup un troupeau d'une dizaine de chamois sorti de la forêt détale devant moi : j'ai juste le temps de sortir mon appareil pour immortaliser les deux derniers. Puis ayant passé la barre rocheuse délimitant la fin du talweg je découvre le versant sud du petit Chasseral complètement dénudé de neige mais fort heureusement la dernière pente menant au sommet principal est encore suffisamment enneigée malgré quelques tâches d'herbe qui apparaissent ça et là.

Arrivé au sommet que faire ? Il est 13h30, il fait beau et doux malgré un peu de vent, ce serait dommage de déjà songer à revenir vers la voiture. Pourquoi donc ne pas se laisser tenter par une descente versant sud du Chasseral qui a l'air d'être resté suffisamment enneigé ? Un coup d'œil à la carte et c'est parti en légère oblique sur la droite pour trouver l'entrée d'une saignée dans la forêt qui conduit à Nods. La première partie de la descente est un régal, c'est une vraie moquette comme on en rencontre en avril ou mai dans les Alpes. La suite est un peu plus difficile, c'est un large couloir taillé dans la forêt avec quelques bosses mais la neige reste bien agréable à skier.

Me voilà arrivé à l'entrée de Nods à environ 1000 m d'altitude : pas le choix il faut remettre une cinquième fois les peaux pour gravir les 550 m qui me séparent de l'hôtel du Chasseral. Il est 14h et si tout va bien je devrais y être à 15h30 au plus tard. Après avoir avalé une barre énergétique c'est parti d'un bon pas avec les cales en position haute car mine de rien c'est assez pentu. Durant cette ascension je vais croiser ou doubler moult raquetteurs, jeunes et moins jeunes, parlant français ou allemand : ce doit être la sortie dominicale de nombreuses familles neuchâteloises ou bernoises. Sorti de la forêt en sueur j'apprécie le souffle réparateur du vent et je me dirige vers la métairie de Nods puis, laissant l'hôtel sur ma gauche, vers la croix de la crête du Chasseral marquant le début de la prochaine descente.

Courte descente qui mène au point 1389 de la combe Biosse suivie d'une ultime montée pour rejoindre la crête de la Cornette quelques dizaines de mètres plus haut mais qui nécessite de remettre les peaux une sixième et dernière fois. L'arrivée sur la crête vaut quelques clichés superbes : un lever de lune presque pleine sur la droite en direction de l'antenne et un coucher de soleil derrière quelques sapins sur la gauche. Je profite ensuite d'une dernière descente tranquille, la fatigue commençant à se faire sentir, en suivant la piste de ski qui passe devant les métairies de l'Egasse et des Planes pour arriver par une longue ligne droite au parking quitté ce matin.

Il est 16h30 et c'est une année qui s'achève avec un périple à travers de Chasseral de 1800 m de dénivelé digne d'un Buet.

Photothèque complète







VARAPPE ET MONTAGNE MORTEAU AFFILIE FFCAM
16 RUE LOUIS PERGAUD
25500  MORTEAU
Contactez-nous
Tél. 03 81 67 45 76
Permanences :
jeudi 20h30 à 22h00
Agenda